FrançaisEnglish
Mon Compte Mon Panier
(0 articles(s))
M'inscrire à la lettre d'informations   
Nous contacter Questions

14 juillet 1936, Place de la Nation, Paris, KEYSTONE

14 juillet 1936, Place de la Nation, Paris, KEYSTONE

Descriptif :

Unique tirage vintage provenant directement du fonds KEYSTONE.

Léon Blum à la tribune avec, à droite, Mme Blum, Mrs Daladier et Thorez

Le Front populaire a fait campagne sur un programme suffisamment général pour concilier tous ceux qui en font partie : "Paix, pain et liberté". Au deuxième tour des législatives du 3 mai 1936, grâce au report des voix des électeurs de gauche sur le candidat resté en lice d'un des trois partis alliés, il emporte la mise. Blum, dirigeant le parti qui a obtenu le plus grand nombre de sièges, est appelé à devenir "président du Conseil", c'est-à-dire chef du gouvernement.

Dans la foulée, partout sur le territoire, éclatent des grèves spontanées destinées à soutenir son action à venir. De fait, elles créent une dynamique qui permet, dans la foulée un impressionnant train de réformes. Certaines sont sociales :
La semaine de 40 heures
Les deux semaines de congés payés
La reconnaissance du droit syndical dans les entreprise

Des augmentations de salaires auxquelles le patronat consent à la suite de discussions avec les syndicats conduites, pour la première fois de l'histoire, sous le parrainage du gouvernement et dans ses locaux. D'où leur nom : "les accords Matignon".

D'autres sont des réformes de structure, non moins importantes, comme la création de l'office du blé, créé pour soutenir le cours des céréales, la nationalisation des industries d'armement ou une réforme des statuts de la Banque de France, pour la dégager de l'influence des quelques gros actionnaires qui la contrôlent.

Et tout ça, en trois mois, malgré les attaques venimeuses de la presse de droite mais avec l'assentiment joyeux de l'électorat de gauche. Oui, pendant ces quelques semaines, c'est indéniable, le Front a été très populaire.

Cela n'a pas duré longtemps. Le premier orage annoncé dans ce ciel clair vient du sud. Le 14 juillet, depuis sa caserne du Maroc, deux généraux factieux, dont Franco, ont fait un putsch pour prendre le pouvoir en Espagne, également dirigée alors, depuis janvier, par une autre coalition de gauche, le "frente popular". Commence la guerre entre les républicains et les nationalistes. Le PCF est favorable à une intervention aux côtés des premiers. Le cœur de Blum penche aussi de ce côté-là. Les radicaux ne veulent à aucun prix que le moindre soldats français ne passe les Pyrénées. Ils promettent la rupture si c'était le cas, ce qui ferait tomber le gouvernement. C'est la première grosse pomme de discorde entre les mariés d'hier.

Avec ça, apparaissent les noirs nuages des premières déconvenues économiques. Les réformes ont-elles été précipitées ou mal conçues ? La relance de la consommation mais aussi la baisse de production due aux 40 heures contribuent à une inflation galopante catastrophique : en quelques mois, la hausse des prix a avalé les augmentations de salaire. La dévaluation du franc auquel Blum se résout pour sauver la monnaie fait flamber encore un peu plus les prix des biens importés. Six mois après les élections, les lendemains déchantent déjà.

Photographe(s) :

Date de prise de vue :

1936

Date de tirage :

1936

Thèmes :

  • Célébrités
  • Paris
  • Reportage
  • Scène de vie
  • Villes

Signature :

Cachet de l'agence

Etat :

D - Bon

Format (cms) :

24 x 18

Format de l'image (cms) :

24 x 18

Tirage

Tirage Argentique

Prix :

600.00 €

Autres vues

Retour Ajouter au panier


Artprice

Questions I Liens I Conditions générales de vente I Contactez-nous I Mentions légales
Copyright Argentic 2006 - 2020 - Conception site Internet : Alteo Paris